David Hockney: A Year in Normandie à l’Orangerie

l'image n'a pas été trouvée

David Hockney, A Year in Normandie, 2021 © Sophie CREPY - Musée de l'Orangerie
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Printemps, été, automne, hiver… Présente dans la grande galerie du musée de l’Orangerie, A Year in Normandie de David Hockney donne à voir la succession des saisons. Sous la forme d’une frise longue de quatre-vingt-dix mètres, l’œuvre du peintre britannique fait écho aux Nymphéas de Monet. Jusqu’au 14 février 2022, cette exposition est aussi l’occasion de célébrer la réouverture du musée.

Installé dans le Pays d’Auge depuis début 2019, David Hockney y a initié un nouveau chapitre de sa création artistique. Fini les piscines de la très ensoleillée Californie… Au cours de ces deux dernières années, sa maison, son jardin et la campagne environnante sont devenus ses motifs de prédilection. Il les peints sur iPad, ce qui lui permet une saisie rapide et précise. Il utilise cette technique depuis plus de dix ans.

Tandis que le monde s’immobilise en mars 2020, Hockney réalise sur iPad plus de cent images. À la manière des impressionnistes, il capture les effets de lumière et les changements climatiques. Et il le fait  avec dextérité selon toutefois une palette vive et lumineuse, des compositions en aplats juxtaposés aux accents pop.

Le dispositif de présentation de différentes peintures, assemblées à la manière du châssis d’une fenêtre, prolonge l’incursion dans l’intime. Il dévoile le paysage selon des points de vue plus rapprochés et plus fragmentés –à la manière de ses grandes compositions antérieures, le Grand Canyon (1998) ou les Bigger Trees Near Warter (2007). Le regardeur est transporté au sein du paysage, libre de le parcourir comme une seule et unique image.

L’idée pour cette exposition lui est venue en contemplant la broderie du musée de Bayeux. Mais Hockney a également convoqué le souvenir des anciens rouleaux peints chinois et japonais. Le système de narration horizontale, l’absence d’ombres et de point de fuite ont particulièrement marqué l’artiste. 

Une œuvre vidéo parachève cette Année en Normandie. Elle offre la vision d’un lever de soleil aux accents pop qui, progressivement, irradie la campagne endormie. Symbole de renouveau et d’espoir, cette aube nouvelle s’offre comme une méditation sur l’acte de créer, sur la beauté et la mort.

 

Infos pratiques

 

Jardin des Tuileries, place de la Concorde 75001 Paris
Jusqu’au 14 février 2022
Site internet