Film: 9 jours à Raqqa

l'image n'a pas été trouvée

© Aloest Films
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Nous avons tous déjà vu les images de cette ville syrienne complètement ravagée. Le film «9 jours à Raqqa» nous raconte maintenant l’histoire d’une maire déterminée à faire sa ville renaître de ses propres cendres. Une femme exceptionnelle. Une écrivaine médiatique. Un musicien célèbre. Un réalisateur chevronné. Bravoure et talent se sont réunis dans un film engagé et féministe. Premier volet d’une trilogie sur la reconstruction du lien social après la guerre. Immanquable!

Leila Mustapha, 30 ans, ingénieure en génie civil, trois fois major de sa promotion, est la jeune maire de Raqqa, l’ancienne capitale autoproclamée de l’état islamique en Syrie. Plongée dans un monde d’hommes, elle a pour mission de reconstruire sa ville en ruines après la guerre, de réconcilier et d’y instaurer la démocratie. Une mission hors normes. Une écrivaine française traverse l’Irak et la Syrie pour venir à sa rencontre. Dans cette ville encore dangereuse, elle a 9 jours pour vivre avec Leila et découvrir son histoire.

Portrait
«Cheville ouvrière discrète de cette poussée prodigieuse. Directe. De la modernité sur la féodalité. Symbole d’une révolution de et par les femmes. Cauchemar d’Assad, de Daech et des âmes mal famées. Jumelle civile, sans treillis et non armée des combattantes des YPJ (Unités de protection des femmes). Leila Mustapha, la femme de trente ans, libérée, surdiplômée, non voilée. Leila «al ouadi», la plus arabe des kurdes de Syrie, est une exception. La première gorgée d’eau-de-vie après des années de poison doctrinaire. L’incarnation d’une fraternité impensable entre les hommes et les femmes, entre la majorité arabe et la minorité kurde de Raqqa, entre le passé et l’avenir».

Mot du réalisateur: Xavier de Lauzanne
«Pendant le tournage, nous n’avions le contrôle sur rien, notre sécurité dépendait des autres, le danger était insaisissable, et notre emploi du temps se faisait heure par heure. Je me suis donc forcé à me laisser porter, sans idée préconçue, sans fantasme, en essayant de capter avec ma caméra le «vrai» de cette femme, son authenticité, sa sincérité, sa spontanéité, sa pudeur et ses mystères. Nous nous sommes vite rendus compte de son naturel; elle n’avait rien à nous prouver, nous n’étions pas sa priorité…».

 

Infos pratiques

 

Plusieurs salles à Paris
Sortie: 8 septembre 2021
Site internet