Un trésor rempli d’œuvres d’art dans le 7e

Le siège de l’Unesco n’a pas le statut de musée mais ses plus de 700 œuvres d’art font pâlir d’envie les plus grandes institutions muséales. Visite guidée!

© Jean-Pierre Dalbéra

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Temps de lecture : 2 minutes

Le siège de l’Unesco à Paris abrite non seulement les délégations de 193 pays membres mais également plus de 700 œuvres d’art exposées à l’intérieur et à l’extérieur de ses bâtiments. Il s’agit du plus important patrimoine artistique des Nations Unies avec une collection d’œuvres anciennes et modernes, de diversité artistique et plastique provenant du monde entier. L’Unesco n’a pas le statut de musée mais ses œuvres ont de quoi faire pâlir d’envie les plus grandes institutions nationales et mondiales!


«La silhouette au repos» d’Henry Moore et la «Spiral» de Calder agrémentent la grande piazza. «La lune» et «Le soleil» de Miró et Artigas décorent des murs intérieurs. Les bleus et ocres de «La chute d’Icare» de Picasso illuminent la jonction entre la salle des pas perdus et la salle des conférences. La mosaïque «Les rythmes d’eau» de Bazaine orne le bâtiment des délégations. Et le bas-relief «Constellation Unesco» de Jean Arp décore le hall du Conseil exécutif.


Ces six noms emblématiques font partie d’une sélection d’artistes internationaux intégrés à la construction du bâtiment de l’Unesco à Paris: Brassaï, Afro Balsadella, Karel Appel, Roberto Matta, Rufino Tamayo et Isamu Noguchi. En 1952, le comité créé pour superviser le chantier a demandé aux architectes d’intégrer les arts plastiques à leur projet. L’équipe chargée de la construction de cet édifice réunit deux architectes, le Français Berbard Zehrfuss et l’Américain Marcel Breuer, ainsi que l’ingénieur Italien Pier Luigi Nervi.


La construction du siège de l’Unesco s’est donc inscrite dans une œuvre collective où les architectes et les artistes écrivaient une partition d’ensemble. Les premiers apportaient des réponses et fournissaient des dessins et des maquettes. Les seconds devaient accepter les exigences de la commission et s’y plier.


«Avec chaque artiste, c’était différent. Avec Henry Moore, c’était très facile. Il nous a apporté des maquettes et des photographies agrandies de son travail pour que nous puissions nous en faire une idée juste. D’autres travaux nous étaient totalement inconnus quand ils sont arrivés terminés», racontait à l’époque Marcel Breuer cité dans le livre «Le siège de l’Unesco» (Éditions du patrimoine) de Christine Desmoulins.


Parmi ces «travaux inconnus arrivés terminés» se trouvait très certainement celui de Picasso: une peinture acrylique sur bois composée de 40 panneaux couvrant une superficie de près de cent mètres carrés. Initialement intitulée «Les forces de la vie et de l’esprit triomphant du mal», elle est aujourd’hui connue sous l’appellation «La chute d’Icare». Picasso a refusé de la signer car il était mécontent de son emplacement: une passerelle en béton masquait partiellement la vue. Il ne s’est même pas rendu à l’inauguration du siège le 3 novembre 1958.


Depuis, de multiples œuvres ont intégré la collection de l’Unesco par le biais d’acquisitions effectuées jusque dans les années 80: Alberto Giacometti, Carlos Cruz-Diez, Jesús Rafael Soto, Victor Vasarely, Jean Lurçat… Et d’autres œuvres provenant de donations faites par les États membres: artisanat, céramiques, mosaïques, peintures, photographies, sculptures, gravures, installations, tapisseries…


Voici une sélection d’œuvres glanées au cours d’une déambulation virtuelle à travers les patios, les étages, les salons, les passerelles, les jardins, la piazza, les halles, les foyers, les salles… de ce bâtiment magnifique: Gandhi (S.N. Swamy, peinture, Inde), Toranatham Siva (sculpture, Népal), Lecythe funéraire (IV siècle avant J.-C., Grèce), Reliques de l’Iraq (entre 3000 et 1700 avant J.-C., Iraq), Récipient pour la récolte du Miel (artisanat, Madagascar), Brasseur de bière (2400 avant J.-C., Égypte), Vol spatial (Inga Savranskaya, sculpture, Russie), Tombeau de la princesse Yong Tai (618-907, Chine), Pouvoir de la jeunesse (Ik-Joong Kang, peinture, Corée du Sud), Oiseau de la paix (Elkana Ong’esa, sculpture, Kenya)…


Vous pouvez partir à la découverte de ces œuvres d’art et de l’architecture du siège de l’Unesco à travers des visites organisées par l’institution. Vous traverserez les espaces emblématiques de cette «maison de la paix» tout en apprenant sur sa mission, ses valeurs et ses actions dans le monde entier. L’Unesco ouvre parfois également ses portes lors des Journées du patrimoine ou pendant la Nuit des musées. Des visites guidées en français, anglais et espagnol sont de temps à autre proposées.

> + Encore !