Vivants ! Huit spectacles pluriels au Palais de la Porte Dorée

l'image n'a pas été trouvée

© Palais de la Porte Dorée
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Place à Vivants ! Diversités, migrations, histoire coloniale, transmission, questions environnementales sont autant de sujets qui travaillent les imaginaires d’artistes contemporains et font écho aux enjeux du Palais de la Porte Dorée. Le nouveau temps fort du Musée national de l’histoire de l’immigration est imaginé comme une saison d’automne. Du 21 octobre au 10 décembre 2021, huit spectacles contribuent à questionner des sujets de société qui agitent notre époque.

Du dernier spectacle de Gaëlle Bourges évoquant la place des modèles noirs dans l’histoire de l’art, à la «causerie» de David Wahl dans l’Aquarium, en passant par la série de portraits chantés de migrants réalisée par Merlot… Tous les spectacles s’emparent des thématiques qui habitent ce lieu marqué par l’Histoire.

Vivants ! c’est aussi de grandes pièces chorégraphiques qui investissent le Forum. Oüm de Fouad Boussouf, Gouâl de Filipe Lourenço ou encore An Immigrant’s Story de Wanjiru Kamuyu. Enfin, Abel Selaocoe et Alexis Paul réunissent chacun autour d’eux des musiciens de divers horizons pour des concerts inédits.

Riche et plurielle, la programmation invite à la découverte, au questionnement et à vivre dans des paysages inédits.

Oüm | Fouad Boussouf – Cie. Massala
21 et 22 octobre – 20h
Avec cette pièce conçue pour 6 danseurs et 2 musiciens, le chorégraphe travaille au corps la question des racines et de l’identité. Il retourne vers son passé et convoque les souvenirs sonores de son enfance passée au Maroc qui l’ont accompagné lors de son arrivée en France. Sur le plateau, et notamment grâce à la musique live, les corps des interprètes donnent vie à une transe intemporelle où chant, poésie, danse et musique s’unissent dans une énergie collective.

Orgue-paysage | Alexis Paul
11 novembre – 20h
Alexis Paul mène, avec son orgue de barbarie, une aventure poétique et sonore à la rencontre des répertoires populaires dans le monde. Entre tradition et création contemporaine, entre un ici et un ailleurs lumineux, sa musique est une porte ouverte vers des paysages inédits. Pour ce concert, il réunit, entre autres, le compositeur et musicien marocain Mourad Belouadi, la joueuse de qanûn palestinienne Christine Zayed et le pianiste français François Mardirossian.

Gouâl | Filipe Lourenço
12 et 13 novembre – 20h
Le chorégraphe Filipe Lourenço s’empare de la danse alaoui du Maghreb et tente de revivifier une tradition figée en la confrontant à de nouveaux paysages contemporains. Il ouvre ainsi cette expression exclusivement masculine à la mixité et réinterprète sa dimension guerrière en jouant avec les rapports hiérarchiques qui la soutiennent. Sur un plateau nu, les six danseurs et danseuses, nous content les exploits d’un groupe de combattants au leadeur interchangeable. Au son des voix des interprètes et des frappes sur le sol, cette communauté se meut à un rythme hypnotique, réactivant avec une force renouvelée la puissance rituelle de cette danse trop souvent édulcorée.

An immigrant’s story | Wanjiru Kamuyu
19 et 20 novembre – 20h
Wanjiru Kamuyu part de son parcours personnel de migration et d’une collecte de récits pour engager une réflexion sur les notions de déplacement et d’altérité. Elle a vécu en Afrique, en Amérique du Nord et en Europe. Cosmopolite, est-elle une immigrée quand elle s’installe dans un pays? Un an après la première, la chorégraphie inclut désormais une seconde danseuse, maîtrisant la langue des signes française. Les notions d’intégration ou de marginalisation abordées font ici écho au vécu de la communauté sourde, dont l’histoire démontre des parallèles frappants avec le passé colonial.

Laura | Gaëlle Bourges
20 novembre – 18h et 21 novembre – 16h
Qui étaient les deux modèles féminins de l’un des plus célèbres tableaux de Manet, Olympia? Dans sa nouvelle création, Gaëlle Bourges sonde la mise en scène non seulement de la figure centrale blanche, mais également de la femme noire qui lui tend des fleurs, dont on ne connaît que le prénom: Laure. La chorégraphe propose de relire ce tableau et invite à une réflexion sur la place des modèles dits «noirs» ainsi que sur celle des femmes artistes. Sans donner à voir l’œuvre originale, Gaëlle Bourges et les quatre performeuses s’attellent à redonner une épaisseur historique, sociale et symbolique à ses modèles.

Nouveaux voisins | Merlot
27 et 28 novembre – 16h
Au fil des rencontres et des liens tissés lors d’un atelier autour de la chanson dans un centre d’accueil pour migrants d’Ivry-sur-Seine, Merlot entame une série de portraits chantés a cappella par les habitants du camp. Des mélodies afghanes, tchadiennes, irakiennes, roumaines, tibétaines qui racontent un pays, des origines, un bout d’histoire de chaque individu, des émotions. C’est ainsi qu’est née l’idée de ce spectacle. Merlot réalise alors une série de vingt portraits chantés de migrants qu’il met en musique. Le docu-concert qui en résulte restitue une rencontre les yeux dans les yeux, presque sans mots, où seules les émotions et la musique créent le lien…

La visite curieuse et secrète| David Wahl
2 et 3 décembre – 20h
Des légendes ancestrales aux dernières et invraisemblables découvertes scientifiques, David Wahl, seul en scène, nous fait traverser les frontières du monde connu pour une exploration aux limites de l’imaginable. Avec La visite curieuse et secrète, il nous embarque pour un voyage marin à la recherche du lien mystérieux qui rattache l’homme à l’océan et au monde vivant qui l’habite.

Trio Chesaba | Abel Selaocoe
10 décembre – 20h
Abel Selaocoe est rejoint par le bassiste Alan Keary et le percussionniste Sidiki Dembele pour associer sa performance, au chant et aux percussions corporelles. Chesaba célèbre l’Afrique et son histoire, en naviguant de la musique des griots jusqu’à celle des townships sud-africains. Ce concert associera des musiques du répertoire occidental avec de puissantes mélodies africaines, accompagnées pour certaines de chants en bambara, zoulou, sotho outswana. Pour cette soirée exceptionnelle, le groupe sera rejoint par des étudiants, notamment du Conservatoire à rayonnement régional de Paris.

 

Infos pratiques

 

293, avenue Daumesnil 75012 Paris
Jusqu’au 10 décembre 2021
Site internet