La marche d’une «petite Syrienne» de 9 ans arrive à Paris

© The Walk

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Temps de lecture: 2 minutes

Depuis juillet, la petite Amal parcourt l’Europe: plus de 8000 kilomètres entre Gaziantep (Turquie) et Manchester (Royaume-Uni). Son périple cherche à mettre en lumière la crise d’accueil des réfugiés. Elle vient tout juste d’arriver à Paris après avoir traversé 6 pays. Pour l’accueillir plusieurs événements se déroulent jusqu’au 17 octobre. Parmi les institutions hôtes: l’IMA, la Comédie française, Chaillot et Ground Control.

 

Au parvis de l’Institut du monde arabe, en plein cœur de Paris, la petite Amal découvre un camp de réfugiés et une installation de projections d’ombres: Sheltered Worlds/Mondes abrités. Cet événement ouvert au public se déroule jusqu’au 17 octobre, de 19h à 22h. Dans chaque tente, on entend un paysage sonore immersif différent: les sons provenant de pays que des personnes réfugiées ont dû quitter. Le créateur Jean Kalman est en charge de l’univers lumineux, et le compositeur et DJ Palestinien Muqata’a, de l’installation sonore.

 

La petite Amal participe également à deux déambulations à La Villette et au Jardin du Palais Royal; une visite à la Comédie française où elle est accueillie par un comédien pensionnaire qui a lui-même connu les réalités de l’exile; une marche silencieuse; un jeu de cache-cache avec des enfants isolés de son âge; un événement artistique collectif sur le parvis du Trocadéro où a été signée la Déclaration universelle des Droits de l’Homme; un repas et une couronnement…

 

Le 15 octobre, la petite Amal reprendra son voyage en bateau direction Dunkerque, Grande Synthe, Calais et finalement le Royaume-Uni. Les Parisiens peuvent se rendre le long de berges de la Seine pour lui dire au-revoir et lui souhaiter bonne chance pour la suite de son périple.

 

Walk with Amal

 

La violence et la guerre se sont déchaînées à Alep, Syrie. Amal s’est donc lancée dans un grand voyage pour retrouver sa mère, retourner à l’école, commencer une nouvelle vie… Mais surtout pour prouver que la solidarité peut accomplir de grandes choses. Amal signifie «espoir» en arabe.

 

La Marche est à la fois un festival international d’art et une véritable épreuve d’endurance. La Petite Amal, une marionnette de 3,5 mètres de haut, a déjà traversé la Turquie, la Grèce, l’Italie, la Suisse, l’Allemagne et la Belgique. Avec son voyage, elle cherche à rappeler le sort des millions d’enfants et de jeunes déracinés. Elle marche pour les enfants –certains isolés et séparés de leur familles, contraints d’entreprendre de dangereux périples. À chaque étape de son parcours, on accueille la Petite Amal avec des événements culturels.

 

Joe Murphy et Joe Robertson sont les fondateurs du Good Chance Theatre et les initiateurs de Walk with Amal. «Nous espérons que chacune des rencontres avec la Petite Amal permettra de renforcer les liens existants avec des réfugiés et contribuera à de nouvelles façons de penser les notions du «collectif» et du «chez-soi»».

 

Beth Gardiner-Smith, présidente de l’ONG Safe Passage et partenaire de cette initiative, exprime ainsi son soutien: «alors que les débats publics se polarisent et que les voies légales d’accès vers l’Europe se ferment, l’art a un rôle essentiel à jouer: changer le regard sur la migration et rassembler les gens. Nous espérons que La Marche mettra en exergue les routes migratoires que les réfugiés sont contraints d’emprunter et qu’elle renforcera le mouvement de soutien pour des voies légales d’accès plus sûres».

> + Encore !